Aménagement des pêches artisanales
 
Chapitre 1. Démographie 
1.1 Sommaire 
  1.1.1 Eléments d’anatomie et de biologie 
  1.1.2 Taxinomie et systématique 
  1.1.3 Théories sur la croissance des populations 
  1.1.4 Concept de base de la dynamique des systèmes exploités 
1.2 Objectif 
1.3 Pré-requis 
Chapitre 2. Eléments de Statistiques Appliquées pour Ecologues et Aménagistes
Chapitre 3. Méthodes d’estimation de la taille des populations.
Chapitre 4. Age, Croissance et Mortalité
Chapitre 5. Stock, Production, recrutement
Chapitre 6. SELECTIVITE DES FILETS
Chapitre 7. Transformation et conservation des produits de pêche
Chapitre 8. Exercices d’application
Chapitre 9. Ressources du cours
Page d'accueil Table des matières Niveau Supérieur Précédent Haut de la page Suivant Démographie Résumé QCM Bibliographie Webographie Glossaire Aide
 

1.1.4. Concept de base de la dynamique des systèmes exploités

1.1.4. Concepts de base de la dynamique des systèmes exploités & systèmes non exploités

La dynamique des populations piscicoles peut être illustrée avec le model conceptuel proposé par Richer (1975 ; Figures 6 et 7) ; modèle qui indique les forces concourant à l’évolution du stock ou biomasse piscicole (B) : les naissances(R), la croissance (G), la mortalité naturelle (M) et la mortalité artificielle (F).

Figure 6 et 7

Définition des quatre forces

  • Les naissances(R) : dans le manuel de pêche maritime (Jamet et Lagoin, 1974) on parle de capacité biogénique ; c’est à dire le nombre d’individus nés dans l’année en cours et qui s’ajoutent au stock présent. Pour l’aménagiste des pêches le terme recrutement est convenable car il s’agit des nouveaux jeunes poissons (en termes militaires on parle de nouveaux recrus) qui vont se substituer aux adultes qui seront théoriquement pêchés (donc soustraits du stock) au cours de la même année. Autrement dit R traduit la capacité de régénération du stock afin de se maintenir et de répondre à la demande ou la pêche.
  • La croissance G : C’est la croissance en poids ou parfois en nombre pendant un intervalle de temps défini. La croissance peut être mesurée en poids ou gain de poids si ce sont les individus qui sont concernés ; elle est en nombre pour marquer le changement de population pendant un temps donné. D’une manière générale G dépend de nombreux facteurs tels que la nourriture disponible, le nombre, l’âge et la taille des individus reproducteurs, la qualité de l’eau, etc.
  • La mortalité naturelle M : C’est la mortalité due aux causes naturelles telles que la prédation, les inondations, les maladies, l’hérédité de caractères génétiques létaux, etc. Théoriquement M est constant d’une année à l’autre pour un système donné et est considéré comme tel dans les modèles mathématiques d’aménagement des pêches.
  • La mortalité artificielle F : C’est la mortalité causée par la pêche. Elle est le paramètre le plus déterminant de la dynamique de la pêcherie et est l’élément central des sciences halieutiques. F, si bien réglementée, est une force qui contribue à stimuler les forces R et G de régénération du stock. Autrement dit la pêche rationnelle des poissons adultes crée de l’espace (ie de la nourriture disponible) afin de permettre au plus jeunes de grandir vite, se reproduire et assurer une capture régulière soutenue ; la nature a horreur du vide dit-on.

Relation entre les paramètres

Normalement dans un système non exploité fonctionnant comme un climax on est dans une situation d’équilibre statique où un poisson qui mort est remplacé par un poisson qui naît. A ce moment M= R+G. Dans un système exploité, par contre, si cet équilibre est maintenu il n’y aura plus de surplus de production pour satisfaire la demande en capture de poissons. Autrement dit dans les systèmes exploités on est en présence d’un équilibre dynamique qui permet de générer une production (R+G) largement supérieure à M ou encore un surplus de production et qui permet d’assurer des prélèvements par l’homme ; c’est à dire la mortalité F. La notion de surplus de production est développée plus bas au chapitre 5. En terme de mortalité, pour nous résumer, il y a donc deux types de mortalité dans les systèmes exploités : M et F ; la somme des deux donne la mortalité totale Z donc Z= M+F.

Par principe Z est défini comme un taux de mortalité totale instantanée pendant un intervalle de temps fini qui est fraction de l’année. Il serait irréaliste et illusoire de vouloir estimer un taux de mortalité A sut toute l’année tel que A= m +V ; avec m l mortalité due à la pêche sur toute l’année et V celle due aux causes naturelles sur toute l’année. En effet les facteurs climatiques et anthropiques sont très nombreux et difficiles à maîtriser ou à juguler sur toute une période d’un an ; de ce fait considérer leurs effets sur toute l’année dans un modèle ne donnera pas une analyse fiable du stock. Les méthodes de déterminations de ces paramètres de la dynamique des populations sont développées au chapitre 4.
Page d'accueil Table des matières Niveau Supérieur Précédent Haut de la page Suivant Démographie Résumé QCM Bibliographie Webographie Glossaire Aide